Logo
Close

FÉVRIER 2001

Le retour des Daft

Discovery, le second album des Daft Punk sort au début de l’année 2001 et tranche avec leur premier disque. Là où leur premier disque Homework touchait à de multiples influences tout en restant très fidèle à la musique électronique de Chicago et Detroit, leur second se focalise plus sur un son disco et électronique dansant et tubesque, qui va donner naissance à des morceaux largement diffusés en radios, à l’image de “One More Time”, “Aerodynamic”, ou “Harder, Better, Faster, Stronger”. Avec eux, les deux robots enrôlent des légendes de la house des années 90, à l’image du chanteur Romanthony sur deux titres ou de l’Anglais Todd Edwards sur “Face To Face”. Le disque va se placer haut dans les charts du monde entier, puisque des États-Unis à la France en passant par le reste du monde, le duo en écoulera 2,8 millions d’exemplaires.

Mais plus que la musique, Discovery est aussi une vraie innovation dans sa méthode de promotion : comprenant que le web est en développement, Daft Punk va alors proposer à ses fans une “carte de membre” à la sortie du disque pour avoir accès à un fan-club sur son site Internet, le Daft Club, qui donne accès à des titres et remixes inédits. L’année 2001 est enfin très chargée pour les Daft Punk, puisqu’ils sortiront aussi à l’automne un live enregistré en Angleterre à la fin des années 90, intitulé Alive 1997.

Les victoires de la French Touch

Pour leur seizième édition, les Victoires de la Musique récompensent largement les artistes de la French Touch. Trois artistes sont nommés, et ils vont tous repartir récompensés : St Germain remporte deux victoires (album de musique électronique et artiste découverte scène), Air une (album de musique originale de film pour Virgin Suicide) et Étienne de Crecy une (vidéo-clip).

Le dernier carton French Touch

C’est le dernier gros tube de l’histoire de la French Touch : “Starlight” de The Supermen Lovers (alias Guillaume Atlan) débarque dans les radios du monde entier et va s’imposer partout où il passe. Le morceau sera en effet dans tous les top 10 européens, et permettra à son interprète de sortir son premier album, un an plus tard.

MARS 2001

AVRIL 2001

Free party à la piscine

Avant que l’État ne s’en mêle, les free parties ont vécu une dernière date restée mythique : au début du printemps, environ 5 000 personnes se rendent à la piscine Molitor à Paris pour faire la fête dans l’enceinte de cet endroit abandonné de la Capitale. La police est bien présente, mais, prise de court et débordée, laisse les fêtards s’amuser.

JUILLET 2001

Guetta = Ibiza

Avant de devenir une star de la musique électronique mondiale, David Guetta a d’abord dû s’imposer à un endroit : Ibiza. Depuis quelques années, le DJ parisien et sa femme Cathy Guetta organisent en effet déjà des soirées sur l’île dédiée à la fête située au large de l’Espagne. Mais ils n’ont pas de lieu attitré. Francesco Ferrer, le directeur artistique du club du Pacha va alors proposer au couple de créer leur propre concept de soirées : c’est ainsi que les soirées F**k Me I’M Famous vont naître.

À la musique, David Guetta s’attelle à ramener des DJs français dans sa programmation (Bob Sinclar, Martin Solveig, Joachim Garraud, Pedro Winter) tandis que pour l’ambiance, sa femme Cathy Guetta transforme le club espagnol en un véritable cabaret sur fond de musique électronique. Le succès va très rapidement être au rendez-vous : en seulement quelques années, les soirées des Guetta deviennent une référence d’Ibiza, autant pour les fêtards que pour les célébrités qui fréquentent l’île. D’abord mensuelles, les fêtes des Guetta au Pacha deviennent hebdomadaires, tandis que le concept s’exporte dans d’autres boîtes de nuit du monde entier. Une ligne de vêtements et accessoires va être lancée, tandis qu’un club au nom des soirées des Guetta ouvre même au sein même de l’aéroport d’Ibiza. Une première étape dans la carrière du DJ français qui va ensuite l’amener à devenir l’un des plus importants au monde.

OCTOBRE 2001

La vague de l’électroclash

En parallèle de la French Touch, un autre mouvement débarque dans la musique électronique française et européenne : l’électroclash. Influencé par les années 80, la musique new wave et un esprit rock chic, ce style va se répandre en France, notamment grâce à Miss Kittin & The Hacker, qui sortent en fin d’année leur premier album, devenu aujourd’hui un classique du genre.

VITALIC TAPE FORT

Au même moment que Miss Kittin & The Hacker, un autre Français déboule sur la scène électroclash : le Dijonnais Pascal Arbez-Nicolas, alias Vitalic, avec le disque qui va le révéler, Poney EP. Composé de quatre morceaux, ce disque est une étape fondamentale dans la carrière de Vitalic, car les sonorités de ses morceaux sont particulièrement marquantes pour l’époque. Tandis que beaucoup de musiciens français réalisent des morceaux dansants et chaleureux dans la veine de Daft Punk, Vitalic préfère livrer quatre titres aux rythmes soutenus, hypnotiques, avec des sons très saturés, qui lui confèrent une énergie rock, nouvelle dans

la musique électronique de l’époque. L’autre aspect important que va vite développer Vitalic va être celui du live : après la sortie de ce disque, le Français va travailler rapidement sur une prestation scénique forte, tant musicalement que visuellement, qu’il présentera ensuite en concert et dans les festivals. Bien avant la vague d’artistes français et étrangers de la nouvelle génération qui vont eux aussi donner une énergie rock à la musique électronique, Vitalic aura donc joué le rôle de précurseur. Sorti sur Gigolo Records, le label référence de l’electroclash, Poney EP va être un grand succès et sera même le disque le mieux vendu de l’histoire du label.

NOVEMBRE 2001

Thierry Mariani s’occupe des free parties

À l’automne, le Parlement vote sur proposition du gouvernement Jospin une loi sur la sécurité intérieure comportant un amendement du député Thierry Mariani, donnant le droit aux forces de l’ordre de confisquer le matériel en cas de free party non autorisée et permettant d’encadrer ces évènements pour des raisons de sécurité. Il prendra effet un an plus tard, non sans débats.

Le député Thierry Mariani