Logo
Close

JUIN 2007

La fin d’un club pas comme les autres

Après dix années de fête, la boîte de nuit parisienne le Pulp annonce sa dernière soirée : le jour de la Gay Pride. Prenant les platines en fin de nuit, la patronne du club Michelle Cassaro - alias “Mimi” - passe le tout dernier disque, “Promised Land” de Joe Smooth. Pour beaucoup, la fermeture du Pulp est symbolique : ouvert en 1997, cette boîte située sur les Grands Boulevards de la capitale aura dès son début défendu des valeurs qui dépassent le cadre de la fête. Ouvertement homosexuel et pour l’affirmation d’une identité lesbienne, le Pulp se définit à son ouverture comme “une boîte de filles où les garçons aiment bien venir aussi”. L’entrée est gratuite, il n’y a pas de carré VIP, et, surtout, on y passe toutes les musiques, dans une ambiance bien différente de tout ce qui se fait dans la capitale : tandis que la French Touch inonde Paris, le Pulp détonne au même moment avec un esprit bien plus rock et déluré. On y passe de tout, de l’électro jusqu’au rock, et on y accueille tout le monde, peu importe le genre ou l’origine. Quelques rendez-vous deviendront ainsi des références pendant plusieurs années, comme les soirées Dans Mon Garage qui passent du rock tous les mercredis ou Kill The DJ tous les jeudis, orientées électro, qui donneront naissance à un label de musique du même nom. Après dix années de fêtes, la Ville de Paris mettra fin au Pulp après avoir racheté le bâtiment pour le convertir en logements HLM. Mais l’esprit du club persiste encore aujourd’hui à travers le label Kill The DJ, dirigé par des résidents du Pulp de l’époque.

Quentin Dupieux au cinéma

Quentin Dupieux, aussi connu sous le nom de Mr Oizo en tant que producteur et DJ, sort son second film Steak, une grosse production jouée par les humoristes Éric et Ramzy qui ont eu le culot de s’aventurer dans le territoire étrange et volontiers absurde de Dupieux. Ils partagent l’affiche avec plusieurs musiciens français : on croise en effet SebastiAn et Kavinsky dans le casting, tandis que la musique est réalisée par Mr Oizo lui-même avec SebastiAn et le chanteur Sébastien Tellier.

Justice : l’album

Au début de l’été, un des disques les plus attendus de l’année en musique électronique française sort. (prononcer “Cross”) de Justice va marquer toute une génération de fans d’électro. Tant musicalement que visuellement, le disque dénote de tout ce qui a été fait par le passé : tandis que la French Touch des années 90 proposait un son chaleureux, influencé par la house et le disco, Cross s’aventure vers une musique électronique bien plus sombre et saturée. Veste en cuir sur le dos, le duo ramène une imagerie et une attitude rock dans les clubs avec un son saturé et agressif.

Néanmoins on retrouve de temps à autre des moments plus pop sur , comme le tube “D.A.N.C.E” et ses chœurs d’enfants que l’on entend alors en boucle sur les radios et à la télévision française. Avec sa pochette marquante (une croix sur fond noir réalisée par le graphiste So Me) et ses sonorités nouvelles, le premier album de Justice va frapper un grand coup puisque l’on estime aujourd’hui que 700 000 copies se sont vendues dans le monde. Le disque va par ailleurs donner un statut de star au duo, qui va partir en tournée aux quatre coins du monde : les fans se tatouent la croix de la pochette sur le corps, affichent des posters de Justice dans leur chambre, et se rendent à leurs concerts qui ressemblent à des shows de rockstars. Le début d’un nouveau chapitre dans l’histoire de l’électro française.

Daft Punk à Paris

Dix ans après leur dernier concert dans la capitale, les Daft Punk reviennent en concert à Paris : comme à Coachella l’année d’avant, ils vont y présenter l’intégralité de leur discographie réinterprétée en un gigantesque carambolage - “mash up”, comme on dit - dont ils sont les spécialistes. Mais ils vont surtout enregistrer l’intégralité du concert pour en ressortir un spectaculaire album live, Alive 2007.

Une étape-clé pour David Guetta

C’est une étape clé de la carrière de David Guetta : la sortie de Pop Life, son troisième album, va permettre au DJ français de percer à l’international et de devenir une star de la musique même si les puristes de la scène électronique font toujours la fine bouche. Déjà remarqué par le passé avec “Love Don’t Let Me Go (Walking Away)” et ses soirées à Ibiza, le musicien français arrive pour la première fois de sa carrière à sortir un tube mondial avec “Love Is Gone”. Chanté par Chris Willis, le morceau se fait une place dans les charts mondiaux, et devient un tube des boîtes de nuits, de Ibiza jusqu’à Miami : seulement en France, Guetta va ainsi vendre 100 000 copies de son single.

Il va alors surfer sur ce succès pour sortir son disque Pop Life qui s’écoulera à 500 000 exemplaires à travers le monde. Si l’album ne contient pas encore de featurings prestigieux, il va faire office de carte de visite à Guetta lorsqu’il se rend aux États-Unis : intriguées par les tubes électro du musicien français sur Pop Life, des stars de la musique américaine commencent à rentrer en contact avec David Guetta pour alors lui proposer des collaborations. C’est par exemple le cas de Will I Am, qui va découvrir le Français en écoutant “Love Is Gone” et lui proposer d’ensuite collaborer sur “I Gotta Feeling” avec les Black Eyed Peas en 2009. Le début d’une carrière non plus française, mais mondiale, puisqu’après ce tube, Guetta deviendra le DJ le plus célèbre de la planète à force de collaborations prestigieuses.

Août 2007

Para One rencontre Céline Sciamma

Cinéaste de formation (il a été diplômé de l’école de la FEMIS en 2005), le DJ Para One marie pour la première fois ses deux passions en réalisant la bande originale du film Naissance des Pieuvres de Céline Sciamma. Une voie qu’il va ensuite poursuivre avec la BO du film Bande de Filles (BO qui sera nominée aux Césars 2015).

septembre 2007

Une bretonne à la conquête de l’Amérique

Avec son premier album Pop Up, la chanteuse Yelle explose dans les charts : révélée sur la plateforme MySpace avec son morceau “Je veux te voir”, la Bretonne va vendre 20 000 exemplaires de son disque et, surtout, se faire une place aux États-Unis. Ses chansons pop et électroniques chantées en Français séduisent les Américains, à tel point qu’elle partira même en tournée aux USA, avec une date au prestigieux festival de Coachella.

Couverture du premier numéro de Tsugi et premier logo

octobre 2007

Naissance d’un magazine

Après Trax, un nouveau magazine débarque dans les kiosques : Tsugi Magazine (“futur” en japonais) se lance avec Miss Kittin et The Hacker en couverture. Encore aujourd’hui édité, le magazine part à la rencontre des artistes de son époque tout en présentant ceux qui feront l’actualité de demain.

novembre 2007

Sur les ondes Mainstream

Pour annoncer son nouvel album Graduation, le rappeur Kanye West dévoile un nouveau single, sans doute l’un des plus grands tubes de sa carrière : “Stronger” sample le morceau “Harder Better Faster Stronger” de Daft Punk, ce qui va alors permettre à la musique électronique de définitivement se diffuser sur les ondes mainstream d’Amérique.