Logo
Close

JANVIER

Alain Chamfort remixé

La rencontre entre chanson française et musique électronique est l’une des tendances de 2016, comme va le confirmer le succès du premier album du duo Paradis qui va sortir en septembre. En attendant, c’est en célébrant Alain Chamfort que la scène française avoue son goût pour la chanson populaire. L’album de remixes Le Meilleur d’Alain Chamfort (versions revisitées) propose des relectures dansante et moderne de classiques tel que “Manureva”, “La Fièvre dans le sang” et autres “Bamboo” signées par Scratch massive, Ivan Smagghe, Krikor, Jackson and His Computer Band ou Chloé.

février

les 20 ans d'heretik system

Alors que les organisateurs de soirées jouent de plus en plus sur la nostalgie des raves et free parties pour attirer un jeune public fasciné par cette mythologie, le crew Heretik System fête ses 20 ans d’activisme underground techno. Une tournée française est entamée pour l’occasion, où se produisent des piliers de l’équipe, Nout, Noisebuilder, KRS et Moumouth, hélas décédé quelques mois plus tard en cette année anniversaire.

MAI

Fermeture du social club

Le Social Club, ouvert en 2008 au 142 rue Montmartre dans le deuxième arrondissement de Paris, ferme ses portes. Il restera comme l’un des clubs emblématiques de la French Touch 2.0. Toute une génération de (jeunes) clubbeurs y avait découvert la nuit et quelques labels français fondamentaux en avaient fait leur QG, d’Ed Banger à Institubes en passant par Bromance. Au même endroit un nouveau club, baptisé Salo, comme le film controversé de Pasolini, prend sa place. Le même mois, le DV1, emblématique club lyonnais, annonce lui aussi qu’il s’apprête à mettre la clef sous la porte.

Versatile fête ses 20 ans

20 ans, un grand et bel âge pour un label de musique électronique. Créé en 1996 par Gilbert Cohen alias DJ Gilb’r, Versatile est le seul label lancé a l’époque de la French Touch à atteindre cet âge héroïque. Tous les autres sont malheureusement morts avant. Versatile a connu les plus belles heures discographiques d’artistes comme I:Cube, Château Flight, Zombie Zombie (duo formé par Étienne Jaumet et Cosmic Neman) ou Joakim et même les débuts d’Acid Arab.

Electrosound l'expo

L’exposition Electrosound à la Fondation EDF à Paris ouvre le 25 mai, à l’initiative du journaliste Jean-Yves Leloup et du designer Jean-Louis Frechin. Electrosound retrace l’histoire de la musique électronique en évoquant les innovations technologiques qui ont permis son développement, depuis les expérimentations savantes du pionnier Pierre Schaeffer et la création du GRM (Groupe de Recherche Musicale) en 1958, jusqu’à la révolution du digital en passant par l’invention du Theremin, l’un des plus anciens instruments électroniques, inventé en Russie en 1929 et qui ouvrira la voie au futur synthétiseur.

Le phénomène petit biscuit

Une fois de plus, une nouvelle génération découvre les musiques électroniques. Si le public est de plus en plus nombreux dans les soirées, les clubs et les festivals, il est surtout de plus en plus jeune. C’est le même phénomène sur scène où les producteurs sont eux aussi de plus en plus jeunes. Fakear, Thylacine ou Superpoze se sont fait connaître alors qu’ils avaient à peine vingt ans, mais le Rouennais Petit Biscuit fait encore mieux. Sa carrière explose alors qu’il a tout juste quinze ans ! Mehdi Benjelloun (son nom à la ville), se passionne pour le violoncelle à cinq ans, avant de se mettre au piano et à la guitare puis à la production électronique. Il ne jure que par Bonobo et Flume, avoue mal connaître la French Touch (Daft Punk compris) et compose ses premiers morceaux sur ordinateur en triturant les voix enregistrées de ses amis. Il se fait remarquer avec “Sunset Lover”, un titre délicat et planant qui affiche 15 millions de vues sur YouTube et 17 millions d’écoutes sur Soundcloud (où il cumule 35 millions d’écoutes avec l’ensemble de ses titres).

Des chiffres qu’aucun de ses confrères français n’affiche, pas même Fakear. Le secret de Petit Biscuit ? Avoir fédéré une véritable communauté internationale sur le net. Son premier EP, simplement titré Petit Biscuit, sort en mai alors que le jeune homme prépare à la même époque son bac français. Il partira en tournée en 2017, avec un Zénith de Paris le 21 novembre.

SEPTEMBRE

Cassius bien entouré

Dix années se seront écoulées entre la sortie de 15 Again, leur troisième album, et d’Ibifornia, le quatrième. Les deux héros French Touch de Cassius sont de retour, avec leur disque le plus funk, épaulé par quelques invités de prestige, Mike D des Beastie Boys, Cat Power ou Pharrell Williams. Un disque enregistré au studio Motorbass, qui appartient à Philippe Zdar, mais aussi à New York et à Los Angeles dans le studio de Rick Rubin. L’accueil critique est nettement plus favorable qu’a l’époque de 15 Again.

pedro décoré

Treize années après la fondation de son label Ed Banger Records, Pedro Winter est sacré Chevalier de l’Ordre des Arts et des Lettres à 41 ans par Audrey Azoulay, ministre de la Culture et de la Communication.

octobre

les mélanges d'acide arab

En quelques années, le duo Acid Arab, formé par Guido Minisky (ancien journaliste musical, DJ au Pulp et directeur artistique du club Chez Moune) et le DJ Hervé Carvalho, est devenu un pilier de la nuit française et un rendez-vous incontournable durant les festivals électro. Ce succès, ils le doivent à leur parti pris original de mélanger acid house et musiques traditionnelles arabes et africaines. Quatre ans après ses débuts, le groupe formé en Tunisie à l’occasion d’un DJ-set à six mains entre Guido, Hervé et DJ Gilb’r du label Versatile, a tout de même bien changé. 

Il est d’abord devenu quatuor, avec l’apparition en studio de Pierre Casanova et Nicolas Borne, quand il a fallu composer la toute première production du groupe, à l’occasion de la compilation Collections. Puis Acid Arab a aussi élargi ses horizons à toutes les musiques électroniques, ajoutant techno et disco à sa recette house. Le 10 octobre sort Musique de France, le premier album d’un groupe qui rend hommage aux musiciens arabes qui l’ont tant inspiré en les invitant à jouer directement sur le disque. L’inspiration géographique est large, on y croise les trois sœurs israéliennes de A-Wa, l’Algérien Rachid Taha, le Syrien Rizan Saïd (ex-bras droit d’Omar Souleyman) ou le joueur de saz turque Cem Yildiz. Un album qui, même s’ils s’en défendent, a des allures de manifeste politique dans une époque où l’ouverture aux autres et le mariage des cultures ne sont pas toujours la norme.

novembre

Justice, épisode III

Cinq ans après Audio, Video, Disco, leur deuxième album mi-disco mi-électro-rock, le duo Justice continue de s’affirmer comme le digne successeur des Daft Punk. Intitulé Woman, son nouvel album est salué comme un très efficace disque de pop romantique. Gaspard et Xavier le défendront à l’AccorHotels Arena de Paris en 2017. Depuis les Daft Punk, aucun autre artiste électronique issu de l’underground ne s’était risqué dans une salle aussi grande.